Groupe Batiweb : Batirenover | E-travaux | Batiweb | CyberArchi
Suivez nous sur : Facebook Twitter

Recherche express
Recherche par famille de produits

Vous êtes ici : Décoration Maison > Actualités Décoration > Conseils-bons plans > Conseils et astuces > Antiquités et brocantes : lumière sur la faïence

Antiquités et brocantes : lumière sur la faïence

Recommander cet article
Imprimer cet article

Publié le 30 avril 2009

Antiquités et brocantes : lumière sur la faïence

Vous sillonnez un vide-grenier dominical, votre sac à « puces » sur l'épaule, à la recherche d'un bel objet. Et là, entre les cartons de livres et les bibelots, vous l'apercevez ! C'est un plat, une cruche ou peut-être une collection d'assiettes, « en faïence » vous certifie le vendeur. Avant de vous lancez dans d'âpres négociations, suivez les conseils avisés de Jean Rosen, chercheur céramologue au CNRS.


Souhaitez-vous être contacté par un professionnel certifié et effectuer un devis travaux gratuitement ?

Comment différencier la faïence du grès ou de la porcelaine ?

Il s’agit dans tous les cas de céramiques : un objet fabriqué en argile et chauffé à un minimum de 600°C. Ce qui différencie ensuite la faïence, du grès ou de la porcelaine, c’est le type d’argile utilisé et la chaleur de la cuisson. « La faïence est une terre cuite recouverte d’une glaçure d’oxyde d’étain - qui lui donne cet aspect opacifié, blanc et brillant - chauffée entre 950°C et 1000°C, souligne le chercheur. A la différence du grès, par exemple, conçu à l’aide d’une pâte d’argile non calcaire chauffée à 1300°C.»

Où est née la faïence ?

« C’est une invention arabe qui remonte au VIIIe siècle, précise Jean Rosen. Elle a connu par la suite une grande circulation à travers toute l’Europe pour atteindre Marseille au début du XIIe siècle, et connaître un regain d’intérêt au XVIe siècle. Il est intéressant de constater que, dès ses origines, la faïence se caractérise par un phénomène "d’emprunt", en puisant l’inspiration de ses motifs auprès d’autres arts décoratifs comme la gravure. En cela, elle répond à des impératifs économiques : on fabrique ce qui est à la mode. » Et le phénomène ne s’arrête pas là, les manufactures n’ayant de cesse de s’inspirer mutuellement les unes des autres pour forger leur propre style… ou passer maîtresses dans l’art de l’imitation.

Epi de faîtage de 1816, Nevers Statuette vierge XIXe s., Nevers

De l’emprunt à la copie

« Au milieu du XIXe siècle, ajoute-t-il, les anciennes manufactures ont disparu, mais la faïence suscite l’intérêt et s’expose dans de nombreuses collections, des ventes aux enchères, des musées. C’est la mode des maisons de campagnes avec leur vaisselier, des murs ornés d’assiettes… et les reproductions se multiplient pour faire face à la demande. » De cette pratique répandue naissent les « reprises », des modèles connus - ex. rat au parapluie, cartes à jouer… - fabriqués quasi à l’identique par une autre faïencerie que celle d’origine. C’est alors son marquage (signature et points de cuisson) qui permet de différencier la pièce authentique de sa copie ancienne, à condition, bien sûr, qu’il soit présent et n’imite pas à s’y méprendre une signature authentique…

Le vrai du faux (et inversement)

Rouen, Nevers, La Rochelle, Moustiers, Strasbourg... toutes les grandes faïenceries ont été imitées, mais il y a faux et faux. Si les « reprises » sont effectivement considérées comme des copies, certaines faïenceries réutilisent aujourd’hui des moulages anciens, dont elles ont créé le modèle. Le résultat : des objets aux finitions anciennes mais avec des motifs remis au goût du jour, qu’on qualifiera de productions récentes et non d’imitations.
Et puis, il y a les contrefaçons récentes, made in France, Italie ou Chine, dont le tracé des décors sera moins fluide que la création originale, les finitions, plus grossières. Ces copies peuvent également être vieillies artificiellement (ex. assiettes frottées sur du ciment ou limées) pour faire plus authentique. A défaut d’avoir un œil expert, prenez le temps de la réflexion : ce pichet en barbotine aurait été utilisé pendant des générations pour vous arriver, un siècle plus tard, en parfait état ? Miracle ou imposture, à vous de voir.

Applique « bras de lumière » XVIIe s., Nevers Lanterne portative fin XVIIIe s., Quimper

Vous en demandez combien ?

On collectionne la faïence pour la beauté de ses motifs, la finesse de ces pièces, l’aspect très décoratif de certaines créations spectaculaires qui répondent aujourd’hui à la vogue de la « haute curiosité », le témoignage historique qu’elle représente, les souvenirs d’enfance qu’elle évoque… Quelles que soient vos motivations, Jean Rosen suggère, pour commencer, de vous attacher à un motif et de repérer ses évolutions dans le temps. L’oiseau, par exemple, est l’un des décors récurrents de la faïencerie de Moustiers, les papillons et libellules sont, quant à eux, emblématiques de Saint-Omer. L’état de conservation, l’originalité du décor, la rareté de la pièce sont autant de critères pour définir la valeur d’un objet.

Je le prends ou pas ?

Paraphrasant Lino Ventura dans le film « Bonne année », Jean Rosen résume le dilemme en une phrase : sur une brocante, on fait comme dans la vie, on prend des risques. « Ma première paye d’agrégé d’anglais est passée dans l’achat d’une pièce qui s’est finalement révélée cassée, réparée et fausse ! Mais, ce jour-là, j’ai appris beaucoup plus que ce que j’ai payé. Je crois qu’on ne s’imprègne jamais assez des choses qu’on aime. Il faut du temps, de l’intérêt, ça représente un réel investissement, et c’est une longue fréquentation des objets authentiques qui permet de les connaître. »
Et les occasions ne manquent pas de mêler l’utile à l’agréable à travers les livres - au contenu d’autant plus pertinent que leur tirage sera confidentiel -, les catalogues d’enchères, les associations spécialisées, les expositions… Faire une escale au musée Henri Barré de Thouars, c’est s’offrir un cours particulier à travers une collection de céramiques issue des plus prestigieuses faïenceries françaises et étrangères. Bonne visite, et bonne brocante !

Gourde forme bouteille XVIIIe s., Paris Chandelier à la financière XVIIIe s., Rouen

 

En savoir plus

Le Musée Henri Barré de Thouars : www.thouars.fr/vah/musee/indexmusee.htm

Faïencerie de Gien et ses nouveaux thèmes Provence, Sud-Ouest, Passiflore, « De Paris à Giverny » : www.gien.com

Pour découvrir les travaux et publications de Jean Rosen, dont l’incontournable « Histoire de la faïencerie française du XVIIIe et du XIXe siècle » : www.artehis.cnrs.fr/umr/fichesChercheurs/rosen_jean.htm


Elsa BURETTE
Recommander cet article
Imprimer cet article

Souhaitez-vous être contacté par un professionnel certifié et effectuer un devis travaux gratuitement ?

Les personnes qui ont consulté cet article ont également consulté

Dis…le printemps, tu viens à la maison ?

L'hiver n'en finit pas, mais les jours rallongent, les oiseaux recommencent à chanter ! Vous aimeriez tant profiter des jeunes pousses qui pointent le bout de leur nez au jardin....

Réussir la pose d'une rosace au plafond

N'hésitez pas à jouer la carte "grand genre" en ajoutant des corniches et des moulures à votre intérieur. Et pourquoi pas une rosace au plafond? Rien...

Brocante : à quoi reconnaît-on le cristal?

C'est reparti pour les brocantes et les vide-greniers ! Parmi les grands classiques à dénicher : les verres en cristal qu'on peut acheter sans forcément se ruiner....

Chambre d'enfant : gare aux bobos !

Selon l'INPES Institut national de prévention et d'éducation pour la santé, pas moins de 1 700 000 enfants de 0 à 15 ans sont victimes d'accidents domestiques...

Quelle déco pour une maison saine?

Aujourd'hui, vivre dans une maison saine fait partie de nos préoccupations quotidiennes. Voici comment améliorer la qualité de son intérieur avec des gestes...

Aménager une chambre d'enfant saine et qui respire

Ondes électromagnétiques, émanations de peinture… les sources de pollution intérieure sont parfois là où on les attend le moins. Surtout dans la...

Quel type de fixation pour quel matériau ?

Magnifique ce tableau ! Vous voulez le fixer au mur, mais va-t-il tenir? Précisions pour éviter les mauvaises surprises...

Le savon noir : pour nettoyer sa maison au naturel

Vinaigre blanc, bicarbonate de soude des recettes de grand-mère, on connaît. Mais qu'en est-il du savon noir? Tout aussi incontournable, c'est un produit ménager...

Pour une meilleure santé, pensez à ventiler

La qualité de l'air que nous respirons en milieux clos est aujourd'hui reconnue comme un enjeu de société, tant sur le plan de la santé des personnes que sur...

Le vinaigre blanc : naturel, efficace, pas cher

Pourquoi entretenir sa maison avec des produits simples, comme le vinaigre blanc? C'est moins cher et on pollue moins. Voici quelques exemples de ce que vous pouvez faire avec ce produit,...

Voir tous les articles

Cette semaine, gros plan sur...

Le produit du mois

Le conseil déco du moment


Dkomaison sélectionne pour vous

Notre clin d'oeil gourmand

La sélection d'actus flux RSSicone RSS

Top recherche

SOLOFT, escalier mixte métal/béton Lacobel et Matelac 2020 Margelle de piscine Aquitaine Weser Isolant acoustique naturel Biofib'ouate Plaquettes de parements Atlas De Ryck By Weser Lambris / Sous-face Design Equation : Novoferm et Bel'M s'associent pour trouver l'égalité parfaite Boite à eau Tuyaux de descente Dauphin

Produits déco du mois

Recherche express
Recherche par famille de produits