Groupe Batiweb : Batirenover | E-travaux | Batiweb | CyberArchi
Suivez nous sur : Facebook Twitter

Recherche express
Recherche par famille de produits

Vous êtes ici : Décoration Maison > Actualités Décoration > Conseils-bons plans > Infos des consommateurs > Négociez le bon contrat avec le cuisiniste

Négociez le bon contrat avec le cuisiniste

Recommander cet article
Imprimer cet article

Publié le 01 juin 2008

Négociez le bon contrat avec le cuisiniste

Dans ce secteur où les litiges abondent et où les sommes en jeu sont souvent élevées, le soin porté à la négociation et à la rédaction du contrat revêt un caractère essentiel.


Pratiques de vente musclées, réductions de prix illusoires, métrage fantaisiste, finitions inachevées… Les causes de conflits opposant les consommateurs aux cuisinistes sont nombreuses. C’est pourquoi il est tout à fait primordial de border votre investissement. Pour cela, vous pouvez commencer par faire la chasse aux idées fausses.

Une réduction de 50 %, c’est forcément une affaire à saisir.
 

FAUX. Sauf cas de promotions exceptionnelles, il est rare qu’un cuisiniste puisse vous proposer une réduction supérieure à 15 %. Si, pour emporter l’affaire, il vous offre une remise de 50 %, vous pouvez être sûr qu’il a gonflé ses prix au départ. Loin de vous attirer, ce genre de pratique devrait au contraire vous pousser à aller voir ailleurs.
 

Il est toujours possible de revenir sur la signature d’un contrat de réservation.


FAUX. Devant l’insistance de quelques cuisinistes, certains finissent par signer le bon de commande, pensant revenir après coup sur leur réservation. Une telle faculté n’est pourtant pas prévue en toutes circonstances. Ainsi, contrairement à une idée répandue, l’achat sur une foire ou un salon n’ouvre pas droit à un délai de rétractation. Celui-ci est réservé aux cas dans lesquels vous avez été démarché à votre domicile. Si vous avez signé au magasin suite à un démarchage par téléphone ou par courrier vous invitant à vous y rendre, vous bénéficiez de la même protection. Vous pouvez alors revenir sur votre engagement dans un délai de 7 jours à compter de la signature. Le même délai vous est accordé si vous souscrivez un crédit pour acheter votre cuisine.
 

Il ne faut pas verser plus de 25 % d’arrhes à la commande.

VRAI. N’acceptez pas de verser plus de 25, voire 30 % du prix total à la commande. Et encore ! Idéalement, vous ne devriez verser cette somme que sur la partie mobilier qui, d’après le syndicat national de l’équipement de la cuisine (Snec), devrait faire l’objet d’un contrat séparé de la pose. Vous règlerez alors le solde sur la partie meubles lors de leur livraison. Quoiqu’il en soit, attendez la fin des travaux pour régler la totalité… après avoir vérifié que tout était posé dans les règles de l’art.
 

Le professionnel doit prendre à sa charge les augmentations de prix qui résultent d’un mauvais relevé de mesures.

VRAI. Généralement, le professionnel commence par vous faire un devis estimatif en fonction de vos choix de meubles et des mesures que vous lui transmettez. Mais il doit ensuite se rendre sur place pour prendre les cotes et réaliser un devis détaillé au vu de ces nouvelles données. Si, de son fait, il réalise son relevé de mesures après la signature du bon de commande, et que les différences avec votre relevé entraînent une hausse de prix, il doit prendre la différence à sa charge. En revanche, si c’est vous qui avez voulu signer immédiatement à partir de vos cotes, l’augmentation vous incombe.
 

Les menues « finitions » restant en suspens à date prévue pour la fin de la pose n’empêchent pas le paiement du solde du prix.

FAUX. Qu'elles soient de taille ou mineures, les modifications, retouches, améliorations nécessaires après la date théorique de fin de chantier vous donnent droit de conserver le solde jusqu’à parfait achèvement du travail. Mieux vaut rester ferme sur cette faculté, malgré les arguments du poseur vous expliquant que la somme retenue est trop élevée au regard des désordres. En effet, votre seul moyen de le faire revenir est de lui devoir de l’argent. Prenez soin de faire noter au poseur vos réserves à la réception des travaux et d’obtenir des délais pour le parfait achèvement.
 

Choisissez un cuisiniste agréé


Le Snec, en partenariat avec cinq associations de consommateurs et les services de la répression des fraudes, a mis au point un référentiel, appelé « la cuisine à vos mesures », qui a été publié au journal officiel le 5 juillet 2007. Il définit les engagements pris par les cuisinistes qui l’appliquent. Pour trouver un cuisiniste appliquant ce référentiel, consultez le site internet du Snec. Certains professionnels ne sont pas adhérents de ce syndicat, mais sont agréés Afaq Service confiance et appliquent également ce référentiel. Le logo Afaq affiché sur la vitrine atteste de la certification du professionnel. 
  

Alice Jallaud
Recommander cet article
Imprimer cet article

Les liens associés

Le conseil déco du moment


Dkomaison sélectionne pour vous

Notre clin d'oeil gourmand

La sélection d'actus flux RSSicone RSS

Top recherche

Plaquettes de parements Murok Strato De Ryck By Weser Adaptateur PVC Toilette connecté Résistante, design et lumineuse : la pergola Luminov a tout pour séduire Escalier Beton en kit modèle B2M Dauphin DL, la porte de garage basculante Véranda EPURE Pas Japonais Florac Weser Protège-gouttières GrilleStop

Produits déco du mois

Recherche express
Recherche par famille de produits