Groupe Batiweb : Batirenover | E-travaux | Batiweb | CyberArchi
Suivez nous sur : Facebook Twitter

Recherche express
Recherche par famille de produits

Métier : cordiste

Recommander cet article
Imprimer cet article

Publié le 25 juillet 2008

Métier : cordiste

Amateurs de sensations fortes, cascadeurs dans l'âme, vous êtes à la recherche de tous les vertiges… ce métier est peut-être pour vous. Les cordistes exercent une profession aux techniques dérivées de la corde à nœuds, de l'alpinisme et de la spéléologie, des activités nécessitant du sang-froid et de la concentration.


Les cordistes appliquent généralement leurs talents d’acrobate dans les secteurs du bâtiment et des travaux publics, de l’industrie et de la communication. On les retrouve perchés à plusieurs mètres de hauteur, sur les clochers des églises ou le toit des immeubles. Ce sont eux qui nettoient les vitres des gratte-ciel, qui habillent les façades, en bref qui assurent tous les travaux de remise en état.

Histoire d’un métier…

Un tel métier, autrement nommé « travaux d’accès difficile », doit, bien entendu, être réglementé et extrêmement sécurisé.

C’est en 1925 que le premier décret légifère sur la profession. Quarante ans plus tard, en 1965, une nouvelle loi est établie et impose des consignes de sécurité par la mise en place de barrières de bon sens.

Ainsi commencent les premières réflexions sur une activité « potentiellement » dangereuse, quelques années seulement avant le ras le bol général et les premières revendications salariales de mai 68 qui aboutiront, d’ailleurs, à une revalorisation des travailleurs.

C’est le 1er septembre 2004 qu’un nouveau décret est né relatif à l’utilisation des équipements mis à disposition pour des travaux temporaires en hauteur et modifiant le code du travail.

Comment devenir cordiste

S’il faut être un peu « casse-cou » pour exercer ce métier, il faut surtout être formé. Apprendre les techniques de déplacement sur corde, être maçon ou encore peintre en paroi ne s’improvisant pas, le mieux reste donc de se soumettre à une formation et ce, même si aucune réglementation n’oblige un cordiste à être titulaire d’un certificat. Il s’agit d’une garantie de sécurité supplémentaire et pour se l’assurer, plusieurs solutions existent : le C.A.T.S.C (Certificat d’Aptitude aux Travaux sur Cordes) garantit la maîtrise des techniques d’équipement et de déplacement sur cordes. Ll’apprenti doit être également capable d’effectuer un levage de charges légères et la mise en sécurité d’un coéquipier en difficulté. Deuxième filière possible le CQP cordiste, ou certificat de qualification professionnelle, qui atteste d’une qualification dans un emploi propre à la branche.

Considéré comme un métier à risques, l’activité de cordiste est souvent mieux rémunérée que d’autres branches du bâtiment. Les travaux d’accès difficiles apportent un salaire pouvant aller de 1 600 à 3 000 € brut par mois.

Toute personne pratiquant cette profession doit néanmoins penser à une reconversion à plus ou moins long terme…
 
Pour plus d’informations :

Syndicat français des entreprises de travaux en hauteur
www.sfeth.com

Association professionnelle
www.le-cordiste.com

Valérie Bernard
Recommander cet article
Imprimer cet article

Les liens associés

Le conseil déco du moment


Dkomaison sélectionne pour vous

Notre clin d'oeil gourmand

La sélection d'actus flux RSSicone RSS

Top recherche

Ventilation positive VP ONE Véranda ELEGANZ Seuil PMR à pose simplifiée Weser La porte Hexagone dévoile son nouveau design ! Plaquettes de brique Factory De Ryck By Weser Protège-gouttières GrilleStop Le Carbox Audace de Novoferm, une alternative au garage traditionnel Pavés Chinon Weser Margelle de piscine Aquitaine Weser Piliers de clôture Platinum avec inox weser

Produits déco du mois

Recherche express
Recherche par famille de produits