Groupe Batiweb : Batirenover | E-travaux | Batiweb | CyberArchi
Suivez nous sur : Facebook Twitter

Recherche express
Recherche par famille de produits

Vous êtes ici : Décoration Maison > Actualités Décoration > Immobilier > Marché de l'immobilier > Propriété : la réalité du marché transforme les mentalités

Propriété : la réalité du marché transforme les mentalités

Recommander cet article
Imprimer cet article

Publié le 28 juillet 2008

Propriété : la réalité du marché transforme les mentalités

L'observatoire Caisse d'Epargne www.groupe.caisse-epargne.com divulgue les résultats de sa grande enquête sur le parcours résidentiel des français : la crise existe bien, même si elle doit être relativisée. Plus que jamais, la propriété est une sécurité pour l'avenir.


Souhaitez-vous être contacté par un professionnel certifié et effectuer un devis travaux gratuitement ?

Pour 80 % des Français, être propriétaire demeure la situation idéale. Or, 57 % d’entre eux le sont déjà (contre 35 % en 1954), soit 15 millions de ménages.
 
Avec 436 000 mises en chantier en 2007, le niveau actuel de la construction atteint des chiffres inégalés depuis 30 ans. Il n’existe donc pas de pénurie du type de celle que le pays a connu dans l’immédiat après-guerre.
 
L’étude prévoit malgré tout une baisse d’1 point du taux des propriétaires d’ici 2012.

Accessibilité : les écarts sociaux se creusent

Plus qu’une crise du logement, l’enquête souligne surtout les disparités qui s’accentuent entre les ménages désireux d’acquérir leur habitation.
 
En effet, les prix ont grimpé de 146 % entre 1997 et 2007. La durée moyenne des emprunts est de plus de 25 ans dans 16 départements (contre moins de 15 ans dans 27 autres). Les ménages dont le revenu annuel était inférieur à 26 000 € étaient 40 % à devenir propriétaires en 2000 : ils sont seulement 20 % en 2007 ! 37 % des jeunes renoncent désormais à quitter le logement familial.
 
Jeunesse, lieu de vie, revenu, garanties demandées, mobilité entravée : autant de facteurs qui excluent de plus en plus du marché de l’acquisition, les foyers les plus modestes. Difficile aujourd’hui de passer du statut de locataire à celui de propriétaire !

Le logement social en berne 

Si 2006 enregistre le record du nombre de constructions depuis 20 ans, les mises en chantier spécifiques au secteur social ont diminué sur cette même période : elles ne sont plus que de 10 % en 2006, contre 26 % en 1994. Pourtant, la demande n’a jamais été aussi élevée (1,3 millions de ménages), même si le déficit locatif est principalement circonscrit à l’Ile-de-France, aux Bouches-du-Rhône, à la région PACA et au Languedoc-Roussillon.
 
À l’exemple du Royaume-Uni, où cette politique a fait passer le taux des propriétaires de 57 % en 1980 à 69 % en 2005, la France s’est engagée dans une démarche de vente d’une partie de son parc social à ses propres locataires. Jusqu’ici modeste, le rythme de ces ventes pourrait passer de 3 500 à 40 000 par an, mais il ne suffira pas à inverser la tendance actuelle.

Les changements de mentalité

À l’image des perspectives d’avenir que les Français semblent entrevoir, l’accession à la propriété représente surtout le gage d’une retraite assurée ! Alors qu’elle était classée au quatrième rang des motivations des acquéreurs en 2001, la retraite est aujourd’hui la première des raisons qui poussent à acheter son logement, y compris chez les jeunes !
 
De même, plus qu’un bien à transmettre à sa descendance, l’habitation est perçue désormais comme le dernier rempart avant la dépendance : 55 % des Français envisagent le viager comme un outil leur permettant éventuellement d’utiliser leur capital en fin de vie.
 
Note positive de l’enquête : 59 % des Français se déclarent prêts à payer un surcoût de 5 % pour mettre leur logement aux normes écologiques.

Patricia ERB
Recommander cet article
Imprimer cet article

Souhaitez-vous être contacté par un professionnel certifié et effectuer un devis travaux gratuitement ?

Les personnes qui ont consulté cet article ont également consulté

Maisons à la campagne : les prix augmentent encore !

Avec un prix moyen de 220 000 €, le prix des maisons à la campagne a augmenté de 6,8 % en 2007. Route, train, avion, l'amélioration des moyens de transport contribue...

Quand faut-il payer la plus-value ?

Vous la redoutez, vous espérez y échapper… la plus-value immobilière viendra-t-elle grignoter les fruits de la vente de votre logement ? Règles d'imposition et...

Voir tous les articles

Le conseil déco du moment


Dkomaison sélectionne pour vous

Notre clin d'oeil gourmand

La sélection d'actus flux RSSicone RSS

Top recherche

Votre installation en toute confiance

Produits déco du mois

Recherche express
Recherche par famille de produits