Carreler une douche à l'italienne

Publié le 07/01/2015 - Imprimé le 21/10/2020

Carreler une douche à l'italienne

Devenue un véritable phénomène, la douche à l'italienne n'est plus à présenter. Ses nombreuses qualités en font un élément design, pratique et facile à nettoyer. De nombreuses solutions en kit vous permettent de vous essayer à la pose de votre douche à l'italienne et de la carreler vous-même. Alors quelles sont les différentes étapes pour devenir le pro du carrelage ?


Avant de vous lancer dans la pose de votre carrelage, il vous faudra réunir du matériel spécifique à cette tâche : du mortier colle (spécial pose de carrelage), du mortier à joint, une truelle, un marteau et une raclette en caoutchouc, une spatule et une taloche. Vous aurez également besoin d’un niveau à bulle et bien évidemment… de vos futurs carreaux.

Avant :

 

Pour carreler une douche, il faut savoir que certains carreaux sont réservés spécifiquement à cet effet, comme le carrelage de type U2 P2 E3 C1. Pour une douche à l’italienne, la solution la plus simple est d’opter pour un receveur de douche prêt-à-carreler.

Avant de démarrer, la surface à carreler doit être soigneusement préparée : on bouche les trous et fissures avec un enduit de bouchage et on enlève les aspérités pour aplanir le tout à l’aide d’une ponceuse. Pour que le tout adhère au maximum, on n’oublie pas de nettoyer au maximum les murs et le sol de la future douche à l’italienne.

Question organisation : il faut calculer la surface à carreler pour connaître et prévoir le nombre de carreaux nécessaires. Il suffit de multiplier la longueur par la largeur des murs et du sol, puis de les additionner pour avoir la surface à carreler. Et pour connaître le nombre de carreaux à prévoir, on divise la surface à carreler par la surface d’un carreau. En ce qui concerne les joints, on détermine le type de croisillons d’après la surface des carreaux : on choisira des croisillons de 2 à 3 mm pour des carreaux de 10 cm, des croisillons de 3 à 5 mm pour des carreaux de 20 cm et des croisillons de 5 mm pour des carreaux de 30 cm.

 

Pendant :

La préparation du mortier-colle se fait dans un récipient adapté : il est important de malaxer lentement afin d’éviter les grumeaux et bulles d’air. Le mélange doit être assez liquide pour pouvoir être étalé sans difficultés et sans paquets. Une fois la préparation réalisée, étalez-la mètre par mètre avec une taloche en commençant par les murs et réalisez des repères horizontaux à l’aide d’une spatule cranchée.

Les carreaux se posent ensuite de façon méthodique en insérant à chaque coin les croisillons pour les joints. Ils permettent de respecter un espace bien précis pour l’étape du mortier à joints et pour conserver des angles parfaitement droits. Une fois tous les carreaux posés, il faut contrôler la surface avec le niveau à bulles et utiliser le marteau en caoutchouc sur la planchette de bois si tout n’est pas plat.

 

Après :

Dernière étape de votre carrelage : réaliser les joints. Attendez une bonne heure que votre colle sèche et enlevez les croisillons. Préparez ensuite le mortier à joints, de façon similaire au mortier-colle, pour remplir les espaces entre les carreaux. Utilisez la raclette afin de répartir le mélange de façon uniforme.

Pour finir, nettoyez rapidement vos carreaux des résidus de mortier avec une éponge humide, puis un chiffon sec. Laissez sécher 24 à 48 heures avant de pouvoir utiliser votre douche.


Retrouvez des solutions en kit ici