Domotique : un marché en pleine expansion

Publié le 28/07/2008 - Imprimé le 04/04/2020

Domotique : un marché en pleine expansion

Un bâtiment peut-il être intelligent ? A l'heure des nouvelles technologies, rien de plus normal que d'ouvrir une porte grâce à l'empreinte d'un doigt, de fermer un volet par une simple pression sur un bouton ou même de commander tout un bâtiment à distance. Le marché de la domotique, déjà en pleine expansion, devrait doubler d'ici à 2013.


La domotique répond à la fois aux exigences de réduction de consommation d’énergie tout en apportant un autre argument de poids : une sécurité optimale. La domotique est de plus en plus, dans l’air du temps, et pour preuve, l’étude du cabinet Frost & Sullivan qui annonce des chiffres révélateurs de cette tendance : en 2006, le marché européen avait déjà atteint 232,6 millions de dollars.
 
Les bâtiments dits intelligents, c'est-à-dire dotés de systèmes automatiques de pointe, risquent de devenir des applications standards dans un futur plus ou moins proche. Avec les nouvelles réglementations sur l’accessibilité à tout le bâtiment et pour tous, la domotique apporte déjà une solution. Baliser un chemin grâce à un éclairage ou un signal sonore aux abords d’un obstacle permet à une personne malvoyante ou malentendante de poursuivre son itinéraire sans courir de risques.

Autre avantage et non des moindres, l’économie d’énergie. Les solutions domotiques n’utilisent, en effet, l’électricité que lorsque c’est strictement nécessaire : la lumière, si elle est utilisée, se déclenche uniquement lorsque le système installé détecte une présence et s’éteint automatiquement dès que celle-ci a disparu.

Objectif : autonomie

La domotique offre un nouveau moyen de communication et de transmission des informations via des réseaux qui se développent toujours plus (CPL, WIFI, RFID…). Un moyen de communication qui s’inscrit dans une logique d’autonomie. Avec l’allongement de la durée de vie et l’augmentation croissante du nombre des personnes âgées, (en 2020, les plus de 75 représenteront 11% de la population) il devient urgent de trouver une alternative plus économique que les établissements spécialisés.

Alors, le XXIe siècle compte beaucoup sur l’intelligence artificielle qui permettra, à terme, de maintenir les personnes âgées à domicile. C’est d’ailleurs dans cette optique que le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) a mis en place le projet GERHOME. Ce dernier prévoit la conception de solutions innovantes « utilisant des technologies domotiques et intelligentes pour assurer autonomie, confort de vie, sécurité, surveillance et assistance à domicile. »
 

Le Japon, au premier rang

Le Japon, toujours numéro un sur les nouvelles technologies va encore plus loin en reliant la gestion d’un appartement ou d’une maison à un téléphone portable.

Explications : les Japonais sont en mesure d’ouvrir à distance la porte de leur résidence. Ils ont, de plus, la possibilité d’être informés par mail de l’entrée d’une personne dans leur domicile.

 
Patricia ERB