Tapis vert : en mai, misez sur la pelouse !

Publié le 15/05/2009 - Imprimé le 22/08/2019

Tapis vert : en mai, misez sur la pelouse !

Et si vous profitiez de ce mois de mai, chaud et humide, pour offrir une seconde jeunesse à votre gazon ? Des premiers semis à l'éradication des mousses, Michel Straëbler du GNIS (Groupement National Interprofessionnel des Semences et Plants) vous livre les clés pour réussir votre «tapis vert» et en profiter tout l'été !


A quelle période semer le gazon ?

Le printemps est, selon les régions, un bon moment pour la création de pelouses. Attendez simplement que le sol soit suffisamment réchauffé pour permettre une levée rapide des graines. L’autre période propice s’étale de la fin août à la mi-octobre.

Esthétique ou ludique ? A vous de choisir !

Chaque type de semence convient à une utilisation spécifique. Une famille avec enfants qui envisage son jardin comme un espace à vivre choisira un mélange Label Rouge « Sport ». Il a l'avantage de résister au piétinement et à l’arrachage tout en ayant un feuillage fin. Avec les nouvelles variétés de graminées, esthétique et robustesse ne sont, en effet, plus antinomiques !
Pour réaliser un espace d’agrément qui conjugue aspect décoratif et détente, vous pouvez opter pour un mélange à la fois esthétique, rapide d’installation et résistant aux maladies. Dans le cas d’un gazon purement ornemental, choisissez un mélange très fin et dense, moins résistant au piétinement, mais capable, pourquoi pas, de rester vert en hiver.
Il existe aussi d’autres variétés adaptées aux différents climats : certaines, comme les fétuques rouges ou élevées résistent à la sécheresse quand d’autres seront plus tolérantes à l’ombre.

B.A.-BA de la création d'une pelouse

Préparez le sol suffisamment tôt. Idéalement, bêchez - ou passez un motoculteur - avant l’hiver pour semer l’année suivante. Sur une terre fine et bien travaillée, semez à la volée, puis ratissez légèrement pour recouvrir les semences d’une fine couche de terre, ou de terreau et de sable mélangés. Les semences de gazon sont très fines et doivent rester en surface, ne les enterrez pas à plus d’un centimètre.
Clé de la réussite : terminez en tassant le sol au rouleau à gazon. « Coller » ainsi les graines au sol maintient l’humidité autour des semences garantissant une bonne levée. Une fois les semis implantés, si le temps est sec, arrosez copieusement, de préférence en fin de journée pour éviter l’évaporation. Mieux vaut arroser en quantité mais peu fréquemment, les plants s’enracineront ainsi en profondeur et résisteront mieux en cas de sécheresse.

 © Aleksej Kostin  © Horticulture

Luttez contre la mousse

La mousse adore l’humidité ! Elle se développe sur les sols piétinés (dont le tassement retient l’eau en surface), mal drainés ou qui ont une acidité excessive. Certaines semences, comme les variétés traçantes du type Agrostides, ont également tendance à développer une couche de feutre en surface.
Afin de gratter cette couche superficielle, la méthode la plus efficace consiste à utiliser, au printemps et à l’automne, un scarificateur manuel ou thermique. Cet arrachage va supprimer la mousse tout en débarrassant la pelouse de ses vieilles racines, des déchets de tonte, des mauvaises herbes, etc. Enfin, à titre préventif, sachez que la mousse a moins de facilité à s’installer sur un gazon bien entretenu (tontes courtes et régulières, ramassage des feuilles mortes, apport de sable en cas de sol trop lourd, etc.).

Comblez les trous

Votre gazon vieillissant ressemble à un gruyère ? La « réparation » ou « regarnissage » va vous permettre de combler ces manques. Utilisez le semis d’origine (si vous avez conservé la boîte…) ou, à défaut, un semis de regarnissage à repousse rapide. Les étapes sont les mêmes que pour une création de pelouse sur une surface simplement moins étendue. Grattez le sol en surface, semez à la volée, ratissez légèrement en recouvrant d’une fine couche de terreau, tassez avec une planche et arrosez en pluie fine les semis.

Le juste prix

Entre votre pelouse et les semences que vous trouvez aujourd’hui en magasin il y a, en moyenne, 10 à 12 ans d’écart. Dans l’intervalle, d’importantes innovations ont été réalisées : résistance au piétinement, à la sécheresse ou aux maladies, finesse du feuillage, densité, etc. Les semences « ferment » mieux le sol (évitant la prolifération de la mousse, les trous…), elles ne jaunissent pas, sont plus persistantes…
L’une des grandes avancées concerne la vitesse de pousse : les semences actuelles grandissent jusqu’à quatre fois moins vite ! L’avantage ? Ces plantes « naines » nécessitent moins de tontes, soit moins de déchets verts pour les collectivités… et moins d’efforts pour les particuliers.
Seules les variétés qui ont des qualités supérieures aux variétés déjà existantes reçoivent l'autorisation d'être commercialisées dans les mélanges gazon, mais attention toutes les semences ne se valent pas. Il existe une très large gamme de mélanges avec des écarts de prix importants. A vous de trouver celui qui convient à votre budget… et à vos envies pour les dix ans à venir.
 

© Stockdigphoto © Horticulture

 

 

En savoir plus

www.pelouses-net.com


Elsa BURETTE