L'essence noble de Sergio Rodrigues

Publié le 19/12/2008 - Imprimé le 12/11/2019

L'essence noble de Sergio Rodrigues

Designer octogénaire, Sergio Rodrigues est considéré comme le père du design brésilien. Il est surtout connu pour avoir conçu Mole, fauteuil confortable pour le corps et l'esprit. Depuis 1968, il officie seul et s'avère très productif : on lui attribue déjà 1.200 créations. Portrait d'un grand maître.


Il a joué un grand rôle dans la définition du design brésilien. Certains vont même jusqu'à lui en attribuer la paternité, le qualifiant de "père du mobilier moderne au Brésil". Disons que, comme ses confrères Oscar Niemeyer et Lucio Costa, il a travaillé dur pour amener son art à un autre niveau, ne cessant d'innover au fil des années. Quand Niemeyer redessinait Brasilia, lui s'attelait à la conception de meubles, tentant de réduire l'écart existant entre l'architecture moderne du premier et le mobilier classique qui ornait les intérieurs brésiliens. Selon lui, il y avait comme une harmonie à rétablir entre l'intérieur et l'extérieur des constructions.

La solution qu'il adopte alors est des plus radicales puisqu'il choisit de tourner le dos à l'acier, en vogue dans la philosophie Bauhaus, pour lui préférer la chaleur du bois, "notre matériau naturel le plus noble, issu de la plus grande forêt tropicale du monde".
Il ne s'arrête pas là. Son idée : revenir à quelque chose de plus typique, incarner l'identité brésilienne. Son mobilier privilégiera donc le confort et la douceur, se rapprochant le plus possible de sa culture. Pour cela, quoi de mieux que monter sa propre structure inspirée des coutumes locales?

En 1955, alors qu'il est âgé de 28 ans, Sergio Rodrigues crée la société Oca, soit "hutte" en indigène. Le lieu baigne dans une atmosphère empreinte de l'esprit de simplicité de l'habitation indigène. A la fois studio d'architecture intérieure, de scénographie et de décoration, l'espace sert aussi de lieu de vente pour ses créations.

Deux ans plus tard le monde découvre l'œuvre la plus connue du designer : "Poltrona Mole". Comme le seront par la suite toutes ses pièces, ce fauteuil confortable pour le corps et l'esprit associe le bois et le cuir à des formes organiques. Robuste et non rigide, Mole est constituée d'une structure en bois solide qui est polie et montée grâce à des chevilles de bois. Ses lanières en cuir indépendantes et les boutons peuvent être ajustés de façon à ce que l'assise s'adapte parfaitement à l'anatomie de l'utilisateur. Le fauteuil rencontre un grand succès dans le monde du design et remporte en 1961 le premier prix du Concours International de Meubles à Cantu. Produit et exporté à l'origine par l'éditeur italien ISA, il trône depuis au sein de la collection permanente du MoMA (Museum of Modern Arts) de New York.


Désireux de gagner en indépendance, Sergio Rodrigues quitte Oca en 1968. Il peut maintenant se consacrer à de nouveaux projets de design industriel en créant pour cela sa propre société d'architecture portant son nom. Il aménage par ce biais l'intérieur de nombreux lieux publics parmi lesquels l'ambassade du Brésil à Rome, le palais des Arcs ou encore le théâtre national de Brasilia. Il a également continué à produire des pièces de mobilier aux lignes douces et au confort optimal, à l'image de son fauteuil "Kilin". Ce dernier est lui aussi, fait d'une structure principale en bois solide tenue par des éclisses et existe avec un dossier en cuir doux ou en peau de vache. Ou encore "Diz", fauteuil aux sections ovales et aux accoudoirs anatomiques...

Restées introuvables pendant 25 ans, les pièces de Sergio Rodrigues sont disponibles depuis 2001 grâce à la compagnie LinBrasil, qui en a sélectionné 25. En France, c'est Triode qui a cet honneur, en mettant à disposition du public une dizaine des grands classiques du designer.

Livre "Sergio Rodrigues"
aux Editions Icatu

Exposition "Brazil influence meets Brazil Style"
du 5 au 28 mars à la Galerie Pierre Bergé (Bruxelles)
avec Sergio Rodrigues, Moveis Cimo, Jorge Zalszupin, Carlo Hauner, Celina...

www.pba-auctions.com
www.sergiorodrigues.com.br


Laurent Perrin